Qu’est-ce qu’on peut souder au MIG ?

peut souder

Depuis les aciers jusqu'aux alliages d'aluminium et de titane, une diversité de matériaux trouvent leur compatibilité avec la soudure MIG (Metal Inert Gas). Le choix du gaz de protection, les réglages précis du poste à souder MIG et une manipulation adroite du pistolet de soudage sont autant de facteurs déterminants pour un soudage MIG réussi. Cet article se penche sur ces techniques et procédés, tout en mettant l'accent sur l'importance des précautions d'emploi et des configurations variées propres au soudage MIG.

Les matériaux soudables par la méthode MIG : aciers, alliages d'aluminium et de titane

Le procédé de soudage MIG utilise un gaz inerte comme l'argon pur ou un mélange argon-hélium pour souder des matériaux sensibles à l'oxydation comme l'aluminium et ses alliages. Le gaz inerte protège le bain de fusion de l'air ambiant et empêche l'oxydation du métal en fusion. Une technique d'alimentation spécifique du fil d'aluminium est requise en raison de sa faible rigidité.

Le procédé MAG (Metal Active Gas) est utilisé pour souder les aciers au carbone et les aciers inoxydables. Il emploie un mélange argon-CO2 ou argon-O2 comme gaz actif. Le CO2 ou O2 permet de stabiliser l'arc électrique et d'augmenter la fluidité du bain de fusion. Les aciers au carbone sont généralement soudés avec un mélange argon-CO2.

Le titane et ses alliages peuvent également être soudés au MIG avec un gaz inerte comme l'argon ou l'hélium. Cependant, des précautions particulières sont nécessaires en raison de la forte réactivité du titane à haute température. Le procédé MIG/MAG convient donc à une large gamme de métaux avec un choix approprié du gaz de protection et des paramètres de soudage adaptés au matériau. C'est un procédé semi-automatique offrant une bonne productivité grâce à l'alimentation continue en fil-électrode fusible. Le site hdsoudage.fr/fr vend, loue et répare du matériel de soudage comme des postes à souder TIG, MIG et MAG

Les techniques et les procédés de soudage MIG pour apprendre à souder

Le procédé de soudage MIG utilise un fil-électrode consommable alimenté de manière continue et un gaz inerte comme l'argon ou un mélange argon-hélium pour souder des métaux comme l'aluminium et ses alliages. Le gaz inerte protège le bain de fusion de l'oxydation. Le procédé MAG est similaire mais utilise un mélange argon-CO2 ou argon-O2 comme gaz actif pour souder les aciers au carbone et inoxydables. Le CO2 ou O2 stabilise l'arc et augmente la fluidité du bain. Bien que relativement simple d'utilisation, le soudage MIG/MAG requiert une bonne formation et maîtrise des paramètres comme le réglage du débit de gaz, de la vitesse de fil et de l'intensité pour obtenir des soudures de qualité exemptes de défauts.

Choix du gaz de protection en soudure MIG

Le choix du gaz de protection est important en soudage MIG pour obtenir des soudures de qualité exemptes de défauts. Pour les métaux sensibles à l'oxydation comme l'aluminium, un gaz inerte tel que l'argon pur ou un mélange argon-hélium est utilisé afin de créer une atmosphère protectrice autour du bain de fusion. Dans le cas des aciers au carbone et inoxydables, un gaz actif comme un mélange argon-CO2 ou argon-O2 permet de stabiliser l'arc électrique et d'augmenter la fluidité du bain. Le type de gaz, son débit et sa composition doivent être ajustés avec précision en fonction du métal à souder, de son épaisseur et de la position du joint, afin d'assurer une protection optimale contre l'oxydation tout en favorisant un bon mouillage du métal d'apport.

Réglages de l'appareil de soudure MIG pour différents matériaux

Les réglages de l'appareil de soudage MIG doivent être adaptés au matériau à souder. Pour l'aluminium, on utilise généralement un gaz inerte (argon pur ou argon-hélium) avec une faible tension et vitesse de fil. Pour les aciers au carbone, un mélange argon-CO2 comme gaz actif est préconisé, avec des paramètres plus énergétiques. Les aciers inoxydables nécessitent souvent un mélange argon-O2 ou argon-CO2 avec des réglages intermédiaires. Le diamètre du fil, l'épaisseur du matériau et le type de joint influencent également les paramètres comme l'intensité, la vitesse d'avance et le débit de gaz. Des essais sur chutes permettent d'ajuster finement les réglages de tension, vitesse de fil, intensité et gaz pour obtenir un cordon de soudure de qualité en fonction du métal.

Méthodes de manipulation d'un pistolet de soudage MIG

Il faut une bonne manipulation du pistolet de soudage MIG pour obtenir des soudures de qualité. Tout d'abord, il faut maintenir une distance de stick-out d'environ 10 mm entre le tube contact et la pièce. Ensuite, l'angle du pistolet par rapport à la pièce est important, environ 10 à 15 degrés dans le sens d'avance pour un bon contrôle du bain de fusion. En vue de côté, un angle de 70 degrés est recommandé. Le mouvement du pistolet peut être soit en poussée, soit en tirant le bain de fusion. La vitesse de déplacement doit être régulière pour une soudure uniforme. Pour les soudures d'angle, l'inclinaison du pistolet doit être à mi-chemin entre les deux pièces. Une bonne technique consiste à garder le pistolet légèrement en biais pour une meilleure visibilité du bain. Enfin, la distance pistolet-pièce d'environ 6 à 12 mm permet un bon contrôle du transfert de métal.

Les précautions d'emploi et les différentes configurations pour le soudage MIG

Le soudage MIG présente des risques de brûlures, d'incendies et d'exposition aux fumées métalliques. Il est obligatoire de porter un équipement de protection individuelle (EPI) adéquat comme une cagoule de soudeur à lentille teintée, des gants, un tablier et des chaussures de sécurité. Les vêtements en coton sont recommandés pour éviter les risques d'inflammation. La zone de travail doit être bien ventilée pour évacuer les fumées toxiques. Les matériaux inflammables doivent être éloignés pour prévenir les risques d'incendie dus aux projections. Une formation aux premiers secours et à l'utilisation d'extincteurs est indispensable.

Le choix du gaz de protection dépend du métal à souder. Pour l'aluminium, on utilise un gaz inerte comme l'argon pur ou un mélange argon-hélium. Pour l'acier au carbone, un mélange argon-CO2 est courant, tandis que les aciers inoxydables nécessitent souvent un mélange argon-O2. Le diamètre du fil-électrode, sa composition et le débit de gaz doivent être ajustés. La tension, l'intensité et la vitesse d'avance sont également à régler selon l'épaisseur du métal et le type de joint. Des essais sur chutes permettent d'optimiser les paramètres pour obtenir un cordon de soudure de qualité.

Quelle est la différence entre un robot et un cobot ?
Les étapes essentielles pour construire un bâtiment industriel

Plan du site